Activism Strategies / Stratégies militantes

Activism strategies

Fighting for animal rights is a daily commitment. Some people promote a vegan lifestyle, others claim for a strong political involvement to implement real change for animals.

In their activism, some people stay pacifist while others believe in direct actions, disrupting people. What could be the best way of fighting for animal cause?

Veganism as being part of a group 

In the linked video (only available in French with French subtitles), Valéry Giroux a Philosopher Doctor attempts to answer the challenging question : « Does being vegan actually save animals? » .

Her answer is divided into 2 parts:

  1. No, it does not. This is not because you do not buy them that the steaks will disappear from the supermarket shelves. Being vegan is more a relationship between you and yourself, an ethical move in your daily life.
  2. BUT, being vegan means being part of a group, and make it bigger by joining it. Thus, the bigger this group is, the more legitimate it will be to ask for a political change.

As far as I am concerned, I would say that being vegan is amazing and a great move, but I think doing activism is important to inform citizens about what is going on and « planting seeds ». But how?

An overview of vegan activists

In any social fight, there are different ways of fighting for progress.

Violent actions for a real change?

Every year, billions of animals are killed, 60 billions of land animals and around 1000 billions of fish. This awful conclusion leads some activist to want things to change as quick as possible.

To be clear, by violent, I don’t mean harming people. Rather, I mean being agressive, passive-agressive. The idea of those actions are to disrupt people, to shock them, hoping they would react. It is opposed to what I’d call a pacifist activism which is discussing with people, trying to raise awareness in population about animal suffering.

To illustrate my thoughts, I’d say that associations like 269 Animal Liberation is a « violent » association, directing actions which aim at showing what animals go through by depicting humans in plastic and covered of fake blood for instance.

arton13124-f6070Source: https://reporterre.net/Pour-sauver-les-animaux-ils-s-aspergent-de-sang-et-se-font-marquer-au-fer-rouge

For sure, the violence of this kind of scene is nothing compared to what animals have to go through. But, all activists have the same goal: make a real change for animals and prohibit cruelty activities like: bullfights, slaughterhouses..

Is it the best way of doing that?

I don’t think so.

First of all, I rely on the specificity of veganism among all the social fights. Following Ophélie Véron (in her book only available in French Planète Végane), I do think that veganism cannot be compared to other social fights and that we have to take into account this specificity. We are all eating 3 times a day and meat-eaters are potentially participating to animal oppression 3 times a day. More than that, most of the people do not realize they are actually participating to animal suffering. Our diet is formed of habits and like most vegan, I was raised as a meat-eater and until my 18 years old I did not think that was a problem at all. Then I read things, I tried to inform myself about animal rights and I changed my habits. But giving up on certain things was not that easy.

So my second point is that our habits are linked to emotions and eating is a social thing. We don’t want to be rejected, isolated or unhealthy. (Again, to go further, you can read Planète Végane. Hopefully an English translation will be available soon 😀 ). As a conclusion, I think that people are not likely to change if we make them feel guilty about what they are doing because they do think this is the right thing to do.

Educational discussions to plant seeds?

Cooking blogs, pacifist actions (with or without vegan food) « cubes of truth » (event where some people carry laptops and tablets showing slaughterhouses’ footages), discussions with relatives have one thing in common: this is a soft activism. The aim is not to shock people (except maybe for cubes of truth) but :

  • To begin a discussion with them aiming at explaining facts (what is happening behind the walls of a slaughterhouse, the huge importance of animal industry in the climate change for instance) See https://academic.oup.com/bioscience/article/67/12/1026/4605229 : « World Scientists’ Warning to Humanity: A Second Notice. » where scientists warn about climate change and where they ask government to : « {promote} dietary shifts towards mostly plant-based foods« 
  • To offer actual solutions of limiting or stopping animal exploitation in their lives

28055938_2143754185857651_2567495709618252900_n.jpgCube of Truth in Belfast, 17th of February, 2018

Conclusion

Since I have a little experience, the only thing I can say is: I hope those two kinds of doing activism are complementaries and that none of them is harmful for the animal cause.

My preference goes for a soft activism even if I follow Steve Best (presented below the video as « a writer, speaker, public intellectual, and activist. Steven Best engages animal rights, species extinction, ecological crisis, biotechnology, liberation politics, terrorism, mass media and culture, globalization, and capitalist domination. He is Associate Professor of Humanities and Philosophy at the University of Texas, El Paso. » on some points, mostly on the idea that we should not only focus on consumers but also on States and institutions (lobbies of dairy and meat industries).



Stratégies militantes

Se battre pour les droits des animaux est un engagement quotidien. Alors que certain-e-s font la promotion d’un « mode de vie » (lifestyle) végane, d’autres se battent pour un fort engagement politique pour mettre en oeuvre un réel changement pour les animaux.

Dans leur militantisme, certaines personnes font le choix du pacifisme alors que d’autres croient davantage en des actions directes, ayant pour but de déranger leurs concitoyens. Quel pourrait être le meilleur moyen de faire avancer la cause animale?

Le véganisme synonyme d’une appartenance à un groupe

Dans une vidéo Valéry Giroux, docteure en philosophie offre une réponse à la question : « Être végane sauve-t-il vraiment des animaux? »

Sa réponse est divisée en 2 parties

  1. Non, car les steak que vous n’achetez pas ne disparaitront pas des rayons du supermarché, vous ne ressusciterez pas les animaux qui sont morts. Ainsi, il apparait qu’être végane est davantage une relation de vous à vous-même, un engagement éthique dans votre vie quotidienne.
  2. MAIS, être végane signifie faire partie d’un groupe, et en faisant l’action de le rejoindre on le fait s’aggrandir. Ainsi, plus grand ce groupe est, plus légitime notre combat apparaitra and il sera plus facile de demander un changement politique.  

Mon avis est qu’être végane est déjà un engagement qui demande un investissement quotidien et fort. Mais je pense qu’il faut encourager les véganes à être militant, afin d’informer les citoyens de ce qu’il se passe réellement et de « planter des graines ». Mais comment?

Une vue rapide des différentes formes de militantisme

Dans tout combat de justice sociale, il y a différents moyens de se battre pour faire avancer sa cause.

Des actions violentes pour un réel changement?

Chaque année, des milliards d’animaux sont tués, 60 milliards d’animaux terrestre et autour de 1000 milliards de poissons. Cette affreuse conclusion a conduit certain militants à vouloir que les choses évoluent très rapidement en faveur de la cause animale.

Pour clarifier, lorsque j’utilise le terme « violent » je n’envisage pas le fait de blesser des gens (aucun activiste contemporain ne l’envisage réellement). Plutôt, je pense au fait d’être agressif, ou passif-agressif. Le but de ces actions est de déranger les personnes y assistant, les choquer.. tout en espérant que cela les fera réagir. C’est opposé à ce que j’appellerai un activisme pacifiste. Cette forme d’activisme implique de discuter avec les gens en essayant de leur faire prendre conscience de la souffrance animale quotidienne.

Pour illustrer mes propos, je dirais que des associations telles que 269 Life Libération animale sont des associations utilisant un militantisme violent en mettant en oeuvre des actions montrant crûment ce que les animaux vivent au quotidien. Ils sont notamment connus à travers leurs actions choc comme les humains dans des barquettes de plastique (cf photo ci-dessous) ou encore le marquage au fer rouge de certains militants (comme Tiphaine Lagarde, porte-parole de la branche française de l’association et juriste doctorante à Lyon 3, pour en savoir plus sur son militantisme: http://www.liberation.fr/france/2017/07/18/tiphaine-lagarde-l-embetante_1584636 )

arton13124-f6070Source: https://reporterre.net/Pour-sauver-les-animaux-ils-s-aspergent-de-sang-et-se-font-marquer-au-fer-rouge

Je suis absolument d’accord pour affirmer que la violence de ce genre de scène n’est rien comparée à celle que les animaux subissent au quotidien. Pour autant, est-ce la meilleure manière d’atteindre ce que nous voulons tous, de réels progrès pour la cause animale? Notamment l’interdiction juridique de certaines activités dont la cruauté est reconnue comme la corrida? Ou la cruauté banalisée des abattoirs?

Je ne le crois pas.

Pour commencer, je crois en la spécificité du véganisme en tant que combat de justice sociale. Je m’appuie essentiellement sur l’argumentaire développé par Ophélie Véron, chercheuse en sciences sociales et auteure (notamment du livre Planète Végane). Je pense réellement que le véganisme ne doit pas être exagérément comparé à d’autres combats de justice sociale, sa spécificité doit réellement être prise en compte. En effet, nous mangeons tous 3 fois par jour et les omnivores participent potentiellement à l’oppression animale 3 fois par jour. Plus que ça, la plupart des personnes ne réalisent pas qu’elles sont en train de causer de la souffrance animale. Notre alimentation est composée d’habitudes, j’ai moi-même grandi omnivore jusqu’à mes 18 ans sans y voir le moindre problème. Ensuite, j’ai lu des articles, j’ai essayé de m’informer sur la cause animale and j’ai changé mes habitudes graduellement (végétarienne, végétalienne puis végane). Abandonner certains produits animaux n’a pas été facile.

Ainsi, ma deuxième idée est que nos habitudes sont étroitement liées à nos émotions et manger est un fait social en plus de faire partie de notre hygiène de vie. Nous ne voulons pas être rejetés, isolés ou en mauvaise santé. (Pour aller plus loin dans les liens entre émotions et alimentation, je vous invite à lire Planète Végane d’Ophélie Véron qui est très documenté sur ces problèmes).

Au vue de ces deux points, je pense que ce n’est pas en faisant les gens se sentir coupable que l’on peut mettre en oeuvre un changement durable dans leur quotidien et, a fortiori, dans la société. En effet, au regard de la désinformation actuelle, la plupart des omnivores ont cette alimentation parce qu’ils sont convaincus qu’elle est l’alimentation normale et bonne pour la santé.

Planter des graines à travers des discussions?

Les blogs de cuisine, les actions pacifistes (avec ou sans nourriture gratuite), les « cube of truth » (action où certains militants silencieux montrent des images de ce qu’il se passe dans les abattoirs, alors que d’autres sont présents pour discuter avec les passants de ce que ces images leur évoquent, de la cause animale), les échanges avec nos proches ont une chose en commun: c’est un activisme que je qualifierais de doux. Le but n’est pas de choquer les gens (sauf peut-être, dans une certaine mesure, des « cube of truth » qui sont la triste réalité en images, sans le prisme des mots) mais :

  • D’entamer un échange qui a pour but d’expliquer des faits. Par exemple expliquer ce qu’il se passe réellement derrière les murs des abattoirs, l’immense impact de l’industrie animale dans la crise climatique actuelle (voir par exemple https://academic.oup.com/bioscience/article/67/12/1026/4605229 : « World Scientists’ Warning to Humanity: A Second Notice. (ressource en anglais). Article dans lequel des dizaines de milliers de scientifiques s’allient pour demander des changements politiques concrets comme la promotion d’un changement alimentaire vers une alimentation davantage végétale.
  • De présenter des solutions réelles pour limiter ou stopper l’exploitation animale dans leurs vies quotidiennes.

28055938_2143754185857651_2567495709618252900_n.jpgCube of Truth à Belfast, 17th of February, 2018

Conclusion

Étant donné que mon expérience est faible, je ne peux affirmer grand chose si ce n’est un espoir que ces deux formes d’activisme soient complémentaires et non pas que l’une soit préjudiciable à l’autre.

Si ce n’était pas clair jusqu’ici, ma préférence va à un activisme doux. Pour autant, cela ne m’empêche pas de suivre le professeur Steve Best (présentée comme un écrivain, conférencier, intellectuel connu du public et militant. Il se bat pour des causes telles que : les droits des animaux, l’extinction des espèces, la crise écologique, la biotechnologie, la libération politique, le terrorisme, les médias de masse et la culture (??), la mondialisation et la domination capitaliste. Il est professeur associé en humanités et philosophie à l’université du Texas, El Paso.) sur certains points notamment l’idée selon laquelle nous ne devrions pas nous arrêter aux consommateurs mais également interpeller les États et les institutions (tout particulièrement les lobbies de l’industrie laitière, de la viande) dans notre militantisme quotidien.

 

Publicités

4 réflexions sur « Activism Strategies / Stratégies militantes »

  1. Si c’est ton premier article, bienvenue dans la blogosphère alors ! Contente de voir que des blogs apparaissent sur ce type de question éthique 🙂 Ton article est très bien écrit, clair, avec des infos fouillées mais pas trop dense non plus, donc de mon point de vue c’est prometteur… je reviendrai faire un tour par ici ! Au fait le blog How I met your tofu vient de publier un article sur des questions assez similaires à celles que tu évoques, tu l’as lu ?

    J'aime

    1. Merci milles fois pour ton commentaire qui me touche beaucoup 🙂 !
      Alors non pas du tout je ne connaissais pas le blog How.I met your tofu, je vais aller de ce pas jeter un coup d’oeil!

      Aimé par 1 personne

      1. Contente de te le faire découvrir alors ! J’essaie de garder à jour ma Blogoliste (accessible depuis mon blog), il y a quelques blogs vraiment sympa sur le sujet !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close